Cinemas d'afrique Lausanne

15e FESTIVAL
CINÉMAS D'AFRIQUE
LAUSANNE
DU 20 AU 23 AOÛT 2020

Expo Photos – Hejira

image

JE 22 | 19h30 | Vernissage
JE 22 – DI 25 | Extérieur et Chapiteau

Visites commentées par la photographe
Chapiteau

JE 22 | 19h30 | lors du vernissage
VE 23 | 17h
SA 24 | 14h

DI 25 | 11h

Depuis six ans, la photographe journaliste française, tunisienne et algérienne, Ager Oueslati, documente la migration. Avec la série Exilées, elle montre une migration contemporaine très mal connue, celle des femmes d’Afrique subsaharienne. Intimes parcours de vie, ces récits sont d’autant plus forts quand la voix qui se raconte est rare et peu entendue.

La série Les Refoulés, raconte l’arrivée de migrants, originaires pour beaucoup d’entre eux d’Afrique de l’Ouest, venant d’être refoulés par les autorités Algériennes vers le nord Niger. Inlassablement, ils sont poussés par cette forte conviction : « réussir ou périr ».

Exilées (Chapiteau)
C’est à Agadez que commence « La route de l’exode » pour la traversée du désert en direction de la Libye, de la Tunisie, du Maroc ou de l’Algérie.

85 De nombreuses femmes ont fui leur pays pour tenter de rejoindre l’Europe. Une odyssée migratoire parsemée de violences, d’obstacles, de passeurs avides d’argent et de frontières qui deviennent hermétiques. En situation irrégulière et loin de la vie rêvée pour laquelle elles ont quitté leur terre natale, chaque nuit elles espèrent amasser suffisamment d’argent pour reprendre la route.

« Au fur et à mesure de mes entretiens, elles abordent les raisons qui les ont poussées au départ : la guerre, un mariage forcé, les mutilations ; ou simplement l’envie de vivre mieux ailleurs. Elles m’ont ensuite raconté la violence des 10 000 km de traversée de l’Afrique en camion, en bus ou à pied ; les viols, les réseaux de traite humaine les conduisant, soit au travail domestique soit à la prostitution ». Ager Oueslati montre aussi les éclats de joie extrême lorsque ces femmes se retrouvent avec d’autres migrantes autour d’un repas, ou à l’église...

Les Refoulés (extérieur)
Ils arrivent par vagues, ils ont été placés dans de gros camions de chantier, entassés. De toute l’Algérie, ils sont d’abord conduits à Tamanrasset avant d’être acheminés jusqu’à Agadez. Un retour en arrière involontaire, un voyage d’au moins trois jours à travers le désert. Ici, au Niger, on les appelle les « refoulés ».

Site d'Ager Ouelsati


Héjira © Ager Oueslati
Héjira © Ager Oueslati
Les Refoulés  © Ager Oueslati
Les Refoulés © Ager Oueslati